Top 6 routes pittoresques en Am. du Nord pour l'aventure

Si vous voulez tirer le meilleur parti de votre Mitsubishi, allez faire un tour sur l’une des plus belles routes du Canada ou des États-Unis. Voici une demi-douzaine des meilleures d’entre elles.

Blue Ridge Parkway

La Blue Ridge Parkway est une route sinueuse qui traverse en diagonale la Virginie et la Caroline du Nord sur 755 kilomètres. Elle a été construite en tant que route panoramique et est désignée comme « route nationale ». Il n’y a donc pas de camions commerciaux et les personnes pressées n’empruntent pas cette route.

La route à deux voies côtoie de près les sommets des Appalaches, parfois à plusieurs milliers de mètres au-dessus des vallées de chaque côté. Il y a aussi beaucoup d’endroits où s’arrêter pour admirer la beauté des panoramas forestiers. Il est préférable d’emporter vos propres collations et boissons, car il n’y a pas de communautés au bord de la route et seulement quelques restaurants, tous avec service aux tables.

Le véritable plaisir, cependant, réside dans la conduite elle-même : de grandes courbes bien marqués sous les arbres, sur un asphalte lisse, avec de nombreux arrêts aux besoins, créant un itinéraire tranquille loin de l’action qui règne partout ailleurs.

Route 12 dans l’Utah

La route 12 emprunte les hauteurs du centre-sud de l’Utah pour relier les cheminées des fées du parc national de Bryce Canyon aux falaises du parc national de Capitol Reef. En chemin, elle passe devant les buttes rocheuses multicolores du monument national du Grand Staircase-Escalante, avec des sentiers de randonnée menant aux montagnes et aux chutes d’eau de la région.

La route est classée All-American Road, et il peut y avoir de la neige en hiver, notamment au point culminant de 2 928 mètres de Boulder Mountain Pass. Il y fait souvent agréablement frais en été, alors que les régions plus basses de l’État sont trop chaudes pour être à l’aise. Il y a même un tronçon sinueux appelé « Hog Back » qui longe la crête même de l’arête, à 2 100 mètres d’altitude, avec de fortes chutes de chaque côté et sans garde-fou. mes sensibles, s’abstenir!

Route Beartooth

La route Beartooth n’a aucune raison d’exister, si ce n’est que sa construction a permis de payer des milliers de travailleurs pendant la Grande Dépression des années 1930. Il s’agit d’une route aventureuse qui relie le Wyoming et le Montana et qu’il vaut mieux emprun- ter d’est en ouest : elle vous permet de grimper près de 2 000 mètres en une série de lacets totalisant une vingtaine de kilomètres jusqu’au Beartooth Pass, puis de redescendre vers le parc national de Yellowstone.

Pendant la montée, le paysage passe de la forêt dense à la toundra alpine, et la route passe devant d’innombrables lacs de montagne dans les chaînes Absaroka et Beartooth. On peut y voir 20 sommets de plus de 4 000 mètres d’altitude, avec des glaciers sur leurs pentes. Lorsque vous atteindrez Cooke City, vous aurez envie de faire une pause dans l’un des nombreux restaurants saisonniers et cafés de la ville.

Il peut neiger même en été à haute altitude, et la route est fermée en hiver. Lorsqu’elle rouvre au printemps, la neige dégagée de chaque côté crée souvent une tranchée pour l’autoroute qui dépasse le toit des voitures et des camions.

Gaspésie

De nombreux voyageurs connaissent la piste Cabot, qui fait le tour de l’île du Cap-Breton en Nouvelle- Écosse, mais la route de 800 km qui contourne la péninsule gaspésienne au Québec est tout aussi belle et spectaculaire, avec un accent français.

Tout comme la piste Cabot, la route 132 doit être parcourue dans le sens inverse des aiguilles d’une montre afin de rester le plus près possible de l’eau. La rive sud est la plus peuplée : la route est plus large, avec des villes accueillant les vacanciers qui viennent pour les plages relativement chaudes et sablonneuses, et se poursuit jusqu’à la destination touristique du Rocher Percé.

Au-delà de Percé, la route serpente à travers les rochers jusqu’à Gaspé, la plus grande ville de la région, puis elle longe le littoral nord de Gaspé avant de revenir vers les régions plus peuplées du Québec. En cours d’itinéraire, la route monte et descend au rythme des collines qui bordent le golfe du Saint-Laurent avant de revenir au niveau de l’eau. Les petits villages proposent une cuisine et un artisanat québécois de qualité, mais il s’agit avant tout d’une route marchande bien entretenue, construite pour desservir les ports de pêche de la côte.

Au nord du lac Supérieur

Lorsque la route Transcanadienne a été planifiée dans les années 1950, le débat a porté sur la meilleure route à emprunter pour traverser l’Ontario au nord du lac Supérieur. Une route d’approvisionnement en bois existait déjà dans les profondeurs de la forêt, mais les politiciens voulaient attirer les touristes américains et ils ont fini par accepter une route qui longerait les rives du grand lac. La construction était un défi : la zone était si marécageuse que les équipes construisaient une route un jour et revenaient le lendemain matin pour la trouver engloutie par le bourbier.

En fin de compte, la route de Sault-Sainte-Marie à Thunder Bay a été achevée en 1960, et elle est conçue pour être appréciée par les conducteurs et les touristes. Il faut une longue journée pour parcourir les 700 kilomètres, les tronçons les plus pittoresques suivant le littoral au nord jusqu’à Wawa, et de Marathon à Thunder Bay. Il s’agit d’une route de camionnage, mais de nombreux camionneurs traversent la frontière américaine pour emprunter l’autoroute la plus rapide des États-Unis, de sorte qu’elle n’est pas envahie de véhicules lourds.

La route s’élève souvent au-dessus de l’eau, plongeant à travers les rochers pour ouvrir un autre panorama forestier au bord du lac qui vous rappelle pourquoi la région est l’une des plus belles de la planète.

Canyon du Fraser

La Transcanadienne longe le fleuve Fraser sur une centaine de kilomètres entre Hope et Lytton, mais le trafic, essentiellement commercial, se fait désormais sur la route plus rapide de Coquihalla, à l’est, qui relie directement Hope à Merritt et Kamloops. Cela laisse la route du Fraser à ceux qui préfèrent profiter du trajet.

Avant la construction des routes, la zone montagneuse était quasiment infranchissable. Lorsque l’ex- plorateur Simon Fraser s’y est rendu pour la première fois en 1808, les autochtones locaux l’ont guidé à travers la partie profonde et étroite du canyon, Hells Gate, sur des planches de bois suspendues au-dessus des eaux violentes par des cordes tendues en hauteur. Ça a dû être terrifiant.

Aujourd’hui, la route elle-même est relativement calme, mais elle reste proche du canyon et l’eau vive n’est jamais très loin. Cette route ajoute une touche d’aventure à tout trajet à travers les Rocheuses, ou simplement une excursion d’une journée à partir de Vancouver pour tirer le meilleur parti de votre Mitsubishi.

Vous pourriez aussi aimer

Nouvelles routes

Le parrain du S-AWC découvre les pistes glacées

Pendant une semaine en février, la légende s’est rendue sur une piste de glace spécialement aménagée au Québec pour montrer aux journalistes de toute l’Amérique...

02 avr. 2024 2 minutes

Nouvelles routes

Une aventure hivernale canadienne à Whistler

En janvier 2024, nous sommes partis en mission dans la belle ville de Whistler, en Colombie-Britannique, où l’hiver battait son plein et où de nombreuses aventu...

02 avr. 2024 8 minutes

Nouvelles routes

Bucket List - Rouler vers l'ouest !

Découvrez les plus beaux trajets d'Amérique du Nord, de la Richardson Highway en Alaska à la route Chilcotin Bella Coola en Colombie-Britannique, avec Mitsubish...

01 févr. 2024 9 minutes